Sophrologue - Sophro-Thérapeute - Psychopraticien

image Vivre pleinement les moments intenses.

Comment se préparer à l'imprévu ? Comment vivre avec intensité ce qui est bon pour nous, sans retenues inutiles ? Comment rester ancrés même lorsque tout chavire ?

image

Mariage, naissance, divorce ou deuil...

... Des événements de vie à traverser avec le coeur.
Ils sont riches en émotion et nous amène parfois à douter de nous-même, à perdre pied. Et si vous consolidiez votre « confiance en soi » pour les aborder avec un coeur aimant ?

Traverser la vie, bien avec soi-même

Dans chaque type d'événement que nous vivons, nous sommes la seule constante.

Il est possible de faire la distinction entre plusieurs types d'événement qui peuvent se recouvrir dans leur spécifité. Il y a bien sûr les événements heureux et ceux qui nous affectent profondément. Il y a aussi ceux que nous préparons longtemps à l'avance, qui ont le temps de « mûrir » doucement et ceux qui viennent nous surprendre

Quand nous préparons un événement de vie depuis longtemps, comme un mariage ou une naissance, nous avons le temps de projeter sur l'événement nos désirs, nos besoins, parfois nos fantasmes. En même temps que nous contruisons cette attente, nous pouvons laisser grandir des inquiétudes, une anxiété voir des angoisses qui sont attachées à nos peurs profondes. Il peut être alors nécessaire de faire un accompagnement aidant pour aider à déconstruire certaines attentes pour laisser libre cours à ce qui advient en se centrant sur ce qui fait notre force de présence à nous même.

Quand ils surviennent inopinément, nous réagissons émotionnellement avec parfois un sentiment de culpabilité ne pas savoir les gérer, ou nous bloquons toutes nos émotions pour ne pas souffrir ou ne pas faire souffrir, interiorisant tous nos ressentis dans une fixation qui peut avoir des répercussions psychosomatiques.

Dans tous les cas nous pouvons nous préparer à laisser vivre simplement nos émotions tout en prenant la distance nécessaire pour n'en ressentir aucune gêne, pour être, tel que nous sommes, en accord avec nos valeurs, nos désirs, nos envies, nos peines et nos faiblesses : Sans jugement pour nous mêmes ou pour les autres. Sans culpabilité, sans rancœur.

Être pleinement soi-même.

Le changement de fond que l'on peut vouloir opérer est celui qui permet de vivre sa vie en étant pleinement soi-même. Laisser libre cours à l'expression de ses émotions dans une affectivité acceptée.

Dans la préparation d'un événement, il est possible de « travailler « sur ce que déclenche la préparation de l'événement.

Lorsque l'événement s'est déroulé et qu'il reste une émotivité, un sentiment difficile à vivre, il est alors possible dengager une processus pour mieux vivre ce qui a émergé de l'événement lui même.

La Sophrologie permet de se préparer efficacement et de calmer l'anxiété et de gérer les angoisses qui peuvent survenir dans les évenements que nous traversons.
La Sophro-Analyse a pour but de nous aider à accepter ce que nous ressentons et à dépasser ce qui peut être attaché à nos croyances.
L'Analyse Transactionnelle permet de mieux se connaitre et reconnaitre nos réactions intempestives pour renforcer en nous une réponse sociale plus adaptée.


Accompagnement aidant

Que ce soit dans la préparation d'un événement de vie au long cours ou dans l'irruption d'un bouleversement qui vient rompre avec votre quotidien, j'accueille dans un premier temps ce que vous avez à déposer pour pouvoir ensuite vous aider à faire le point, à accepter et à mieux vivre ce qui survient dans votre vie.

Chacun suit son propre chemin, invitez-moi à vous accompagner sur le votre, juste le temps nécessaire, en toute bienveillance...

Le changement dans votre vie commence ici...

© Michel BRACK - Sophro-Analyse Marseille 2015-2019 | Mentions légales

Psychothérapeute ou Psychopraticien ?

Selon le Décret n° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l'usage du titre de psychothérapeute , seuls les psychiatres sans autre condition, les psychologues cliniciens, les médecins autres que psychiatre et les psychanalistes sous des conditions réglementaires peuvent utiliser le terme de psychothérapeute et être inscrits au registre national des psychothérapeutes. En réaction à la loi ci-dessus, qui, selon leurs points de vue dénature le terme psychothérapeute, les principaux syndicats représentatifs des professionnels de la psychothérapie ont défini le terme de "Psychopraticien" pour exprimer la dénomination d'une activité professionnelle dans le cadre d'une psychothérapie. Il ne s'agit donc pas d'un "Titre" mais bien de l'expression de la nature d'un métier comme par exemple "Ingénieur" ou "Informaticien". C'est pourquoi j'utilise le terme de Psychopraticien et non celui de Psychothérapeute pour parler de mon métier de professionnel de l'accompagnement aidant dans lequel mes spécialités sont l'Analyse Transactionnelle (Certifié par l'EFAT, non certifié par l'EATA), la Sophro-Analyse (Certifié par l'IESA) et la Sophrologie (Certifié par l'IESA).

Vocabulaire

Sous la pression d'un rapport de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), il semble que certains termes soient désormais réservés aux professions médicales et paramédicales. Ainsi, plus de « consultation », de « patient », de « thérapeute », de « thérapie » ou d'activités « thérapeutiques »,etc...
Il est probablement regrétable que ces termes soient ainsi « privatisés » pour une classe de professionnel dit de « santé » et que cela puisse pénaliser « des professionnels de l'accompagnement aidant » ou de la « la relation aidante » et du « développement personnel » qui n'ont d'autres buts que d'exercer leur métier en apportant un mieux-être à leurs « consultants » dans un cadre déonthologique défini et une éthique professionnelle effective.
En effet, l'acte de « consulter » se nomme en français une « consultation », un « patient » est éthymologiquement « une personne qui souffre, qui endure » et un thérapeute, « celui qui prend soin ». A vous de vous faire votre opinion sur l'usage de ces termes dans une pratique éthique.