Sophrologue - Sophro-Thérapeute - Psychopraticien

Mentions légales

Le site web sophro-analyse-marseille.com est géré par Michel BRACK Sophrologue et Sophro-Analyste. L'ensemble des contenus textuels sont la propriété exclusive de M. Michel BRACK.


Identification

Michel BRACK - Sophrologue et Sophro-Analyste.
75 rue du progrès
13005 Marseille
06 72 90 12 65
infos@sophro-analyse-marseille.com

Activité

Michel BRACK - Sophrologue et Sophro-Analyste.
Activités de santé humaine non classées ailleurs Code APE 8690F
SIREN : 419 669 254
Membre de la Chambre Syndicale de la Sophrologie.
Assurance professionnelle : AXA

Hébergement

Serveur Privé chez OVH
SAS au capital de 10 069 020 €
RCS Lille Métropole 424 761 419 00045
Code APE 2620Z
N° TVA : FR 22 424 761 419
Siège social : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.

Cookie

Un cookie est un petit fichier informatique, un traceur. Il permet d'analyser le comportement des usagers lors de la visite d'un site internet, de la lecture d'un courrier électronique, de l'installation ou de l'utilisation d'un logiciel ou d'une application mobile.
Ce site Internet n’utilise pas de cookies à des fins publicitaires ou d’analyse des comportements.

Données personnelles

Ce site web ne recueil aucune données personnels de manière direct. Les données recueillies par téléphone sont utilisées par les applications DOCTOLIB et SENDINBLUE qui sont elle-mêmes organisées pour le traitements des données en relation avec la RGPD.

Iconographie

L'ensemble des fichiers d'image de ce site sont soumis à des droits de reproduction gérés par ADOBE STOCK ou directement par Michel BRACK (créations originales) et ne peuvent être utilisés sous quelque forme que ce soit et quel que soit le contexte sans l'avis des ayants droits ou délégataires par licence.

Vous avez besoin d'un renseignement complémentaire ?

infos@sophro-analyse-marseille.com
Chacun suit son propre chemin, invitez-moi à vous accompagner sur le votre, juste le temps nécessaire, en toute bienveillance...

Le changement dans votre vie commence ici...

© Michel BRACK - Sophro-Analyse Marseille 2015-2019 | Mentions légales

Psychothérapeute ou Psychopraticien ?

Selon le Décret n° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l'usage du titre de psychothérapeute , seuls les psychiatres sans autre condition, les psychologues cliniciens, les médecins autres que psychiatre et les psychanalistes sous des conditions réglementaires peuvent utiliser le terme de psychothérapeute et être inscrits au registre national des psychothérapeutes. En réaction à la loi ci-dessus, qui, selon leurs points de vue dénature le terme psychothérapeute, les principaux syndicats représentatifs des professionnels de la psychothérapie ont défini le terme de "Psychopraticien" pour exprimer la dénomination d'une activité professionnelle dans le cadre d'une psychothérapie. Il ne s'agit donc pas d'un "Titre" mais bien de l'expression de la nature d'un métier comme par exemple "Ingénieur" ou "Informaticien". C'est pourquoi j'utilise le terme de Psychopraticien et non celui de Psychothérapeute pour parler de mon métier de professionnel de l'accompagnement aidant dans lequel mes spécialités sont l'Analyse Transactionnelle (Certifié par l'EFAT, non certifié par l'EATA), la Sophro-Analyse (Certifié par l'IESA) et la Sophrologie (Certifié par l'IESA).

Vocabulaire

Sous la pression d'un rapport de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), il semble que certains termes soient désormais réservés aux professions médicales et paramédicales. Ainsi, plus de « consultation », de « patient », de « thérapeute », de « thérapie » ou d'activités « thérapeutiques »,etc...
Il est probablement regrétable que ces termes soient ainsi « privatisés » pour une classe de professionnel dit de « santé » et que cela puisse pénaliser « des professionnels de l'accompagnement aidant » ou de la « la relation aidante » et du « développement personnel » qui n'ont d'autres buts que d'exercer leur métier en apportant un mieux-être à leurs « consultants » dans un cadre déonthologique défini et une éthique professionnelle effective.
En effet, l'acte de « consulter » se nomme en français une « consultation », un « patient » est éthymologiquement « une personne qui souffre, qui endure » et un thérapeute, « celui qui prend soin ». A vous de vous faire votre opinion sur l'usage de ces termes dans une pratique éthique.