Sophrologue - Sophro-Thérapeute - Psychopraticien

image Se sentir fort, se sentir à sa place.

Comment me dépasser tout en restant moi même ?

image

Compétition, Concours, recrutement, ...

Préparer les temps fort de sa vie se cultive au quotidien dans la maîtrise des méthodes de relaxation tout autant que dans la recherche de ce qui nous empêche, dans nos pensées, d'accéder à ce que nous voulons être.

Se préparer aux "Possibles"

Je décide enfin d'être la personne que je veux être.

Dans notre société de performance il semble que beucoup d'entre nous pensent qu'il leur manque toujours quelque chose pour être enfin ce qu'ils veulent être réellement. Et si ce qui manquait était déjà là ?

Se poser la question de ses compétences voir de ses performances exige évidemment une réponse concrête. Suis-je capable de grimper cette montagne ? Suis-je assez compétent pour cet emploi ? Ai-je acquis suffisament de savoirs et de capacités intellectuelles pour réussir ce concours ?
Mais peut-être ces questions sont-elles superflux car la réalité de notre capacité à réussir est en nous dans notre habileté à gérer nos émotions et à retrouver notre « confiance en soi ».

Il est parfois nécessaire d'aller plus loin dans la compréhension de ses mécanismes psychologiques pour accéder aux raisons qui nous poussent dans certaines situations à saboter tout le travail que nous avons mis en place pour réussir.

Quels scénario jouons-nous en boucle pour échouer la où nous avons toutes les capacités de réussir ? A quel contrat perosnnel ou familial sommes-nous attachés pour nous empêcher nous-même d'évoluer au-delà des limites que nous croyons infranchissables ? Quelles sont donc ces croyances tissées dans l'enfance qui limitent aujourd'hui notre évolution personnelle et sociale ?

Vivre pleinement ses capacités

Dans un premier temps, il s'agit de favoriser l'acquisition de ses compétences, de ses savoirs, puis de sentir profondément la force que nous possédons en nous pour réussir là où nous avons décidé d'utiliser toutes nos ressources.

Dans certains cas, il est nécessaire de plonger dans l'enfance, voir dans la psychogénéalogie de notre famille pour comprendre les difficultés que nous rencontrons. Un voyage en soi rendu nécessaire par la prise de conscience que nous mettons nous-même en place les barrières pour être conformes à l'attente involontaire de nos ascendants ou aux croyances que nous avons forgées sur nous même.

La Sophrologie Facilite la préparation par des protocoles spécifiques.
La Sophro-Analyse permet de comprendre et dépasser nos croyances limitantes.
L'Analyse Transactionnelle permet de mieux comprendre les scénarios d'échec que nous entretenons dans nos relations interpersonnelles.


Accompagnement aidant

En quelques séances nous pouvons faire le tour de votre problèmatique et poser le principe de mon accompagnement aidant à base de séances de Sophrologie et de Sophro-Analyse. Vous apprenez les protocoles dont vous avez besoin au quotidien pour vous permettre de préparer vos « événements de vie ».
En cabinet nous travaillons avec la Sophro-Analyse et l'Analyse Transactionnelle sur vos croyances pour faire émerger les changements que vous allez mettre en place dans votre vie.

Chacun suit son propre chemin, invitez-moi à vous accompagner sur le votre, juste le temps nécessaire, en toute bienveillance...

Le changement dans votre vie commence ici...

© Michel BRACK - Sophro-Analyse Marseille 2015-2019 | Mentions légales

Psychothérapeute ou Psychopraticien ?

Selon le Décret n° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l'usage du titre de psychothérapeute , seuls les psychiatres sans autre condition, les psychologues cliniciens, les médecins autres que psychiatre et les psychanalistes sous des conditions réglementaires peuvent utiliser le terme de psychothérapeute et être inscrits au registre national des psychothérapeutes. En réaction à la loi ci-dessus, qui, selon leurs points de vue dénature le terme psychothérapeute, les principaux syndicats représentatifs des professionnels de la psychothérapie ont défini le terme de "Psychopraticien" pour exprimer la dénomination d'une activité professionnelle dans le cadre d'une psychothérapie. Il ne s'agit donc pas d'un "Titre" mais bien de l'expression de la nature d'un métier comme par exemple "Ingénieur" ou "Informaticien". C'est pourquoi j'utilise le terme de Psychopraticien et non celui de Psychothérapeute pour parler de mon métier de professionnel de l'accompagnement aidant dans lequel mes spécialités sont l'Analyse Transactionnelle (Certifié par l'EFAT, non certifié par l'EATA), la Sophro-Analyse (Certifié par l'IESA) et la Sophrologie (Certifié par l'IESA).

Vocabulaire

Sous la pression d'un rapport de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), il semble que certains termes soient désormais réservés aux professions médicales et paramédicales. Ainsi, plus de « consultation », de « patient », de « thérapeute », de « thérapie » ou d'activités « thérapeutiques »,etc...
Il est probablement regrétable que ces termes soient ainsi « privatisés » pour une classe de professionnel dit de « santé » et que cela puisse pénaliser « des professionnels de l'accompagnement aidant » ou de la « la relation aidante » et du « développement personnel » qui n'ont d'autres buts que d'exercer leur métier en apportant un mieux-être à leurs « consultants » dans un cadre déonthologique défini et une éthique professionnelle effective.
En effet, l'acte de « consulter » se nomme en français une « consultation », un « patient » est éthymologiquement « une personne qui souffre, qui endure » et un thérapeute, « celui qui prend soin ». A vous de vous faire votre opinion sur l'usage de ces termes dans une pratique éthique.