Sophrologue - Sophro-Thérapeute - Psychopraticien

image
image

Des séances « psychocorporelles » sur Internet ?

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, c'est possible, cela fonctionne et c'est même parfois préférable...

Une séance « web » de Sophro-Analyse

La Sophro-Analyse étant issue en partie de la Sophrologie Dynamique qui est une méthode considérée comme psychocorporelle, on peut avoir du mal à imaginer ce que cela peut donner au travers d'un medium comme Internet et ses différentes applications de communication audiovisuelle et interactive.

La voix et la présence

Vous avez certainement expérimenté ces communication avec la famille, les amis au travers de messenger ou skype. Avez-vous constaté à quel point la proximité de l'autre est efficiente ? Ces moyens mis à disposition gràce à Internet offre la possibiliité d'un "rapprochement" à distance.
Dans une séance« web », c'est le même sentiment de proximité qui agit. La présence du professionnel de la relation aidante, sa capacité à être avec vous dans l'énergie de l'instant rend le canal de communication propice à un travail aidant efficace. Dans une séance de Sophrologie ou de sophro-analyse, c'est d'une part la voix du praticien et d'autre part sa capacité à être réellement présent qui vous permet de vous laisser entrainer dans la relation aidante.

J'ai découvert l'utilisation du web pour créer une relation aidante avec la personne qui m'accompagnait pour ma supervision. Au départ, j'étais moi-même un peu dans le doute mais j'ai trés rapidement pu me rendre compte de l'efficacité de l'outil internet pour assurer des séances à distance.
Je propose ces séances depuis plusieurs années à des personnes consultantes et l'outils est généralement trés bien accueilli.

La majeur partie des protocoles utilisés en cabinet sont applicables dans une relation aidante à distance.

Pour qui ?

Loin de tomber dans le tout Internet, lorsque c'est possible, il est préférable de consulter dans un face à face moins virtuel. Les séances en ligne s'adresse donc à deux types de cas :

Les personnes distantes

La distance rend parfois compliqué le suivi d'une thérapie et il est possible de commencer ou continuer un travail à distance. En général, il est utile de prévoir de temps en temps des séances en cabinet pour faciliter la mise en place de certains protocoles. On peut alors faire une séance un peu plus longue que sur Internet et explorer plus profondément certains aspect déjà préparés dans les séances en ligne.

Les personnes qui ont une réelle difficulté à se déplacer

La difficulté peut être physique ou psychologique. Dans les deux cas il y a un réel bénéfice à pouvoir travailler à distance en minimisant l'énergie à déployer pour pouvoir se rendre au cabinet.
Dans certains cas psychologiques il est possible de mixer les deux modalités pour permettre petit à petit de reprendre confiance et de passer de la séance en ligne à la séance en cabinet.

et concrètement ?

Comme pour une séance en cabinet, un rdv est pris et à l'heure dite la connexion est réalisé au moyen de Skype.

Pourquoi Skype et pas Whatsapp ou Messenger ?

J'ai fait le choix de ce logiciel pour la stabilité générale des appels vidéo, des critères de sécurité et de confidentialité ainsi que la portabilité de la solution (pc, mac, android, ios,...).
Il est donc nécessaire d'installer Skype et d'ouvrir un compte Skype ou d'utiliser votre compte Microsoft.

Une séance « web » dure une heure et pas plus. Ce type de séance nécessitant un surcroit d'attention et de présence il n'est pas envisageable de faire des séances plus longues.

Chacun suit son propre chemin, invitez-moi à vous accompagner sur le votre, juste le temps nécessaire, en toute bienveillance...

Le changement dans votre vie commence ici...

© Michel BRACK - Sophro-Analyse Marseille 2015-2019 | Mentions légales

Psychothérapeute ou Psychopraticien ?

Selon le Décret n° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l'usage du titre de psychothérapeute , seuls les psychiatres sans autre condition, les psychologues cliniciens, les médecins autres que psychiatre et les psychanalistes sous des conditions réglementaires peuvent utiliser le terme de psychothérapeute et être inscrits au registre national des psychothérapeutes. En réaction à la loi ci-dessus, qui, selon leurs points de vue dénature le terme psychothérapeute, les principaux syndicats représentatifs des professionnels de la psychothérapie ont défini le terme de "Psychopraticien" pour exprimer la dénomination d'une activité professionnelle dans le cadre d'une psychothérapie. Il ne s'agit donc pas d'un "Titre" mais bien de l'expression de la nature d'un métier comme par exemple "Ingénieur" ou "Informaticien". C'est pourquoi j'utilise le terme de Psychopraticien et non celui de Psychothérapeute pour parler de mon métier de professionnel de l'accompagnement aidant dans lequel mes spécialités sont l'Analyse Transactionnelle (Certifié par l'EFAT, non certifié par l'EATA), la Sophro-Analyse (Certifié par l'IESA) et la Sophrologie (Certifié par l'IESA).

Vocabulaire

Sous la pression d'un rapport de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), il semble que certains termes soient désormais réservés aux professions médicales et paramédicales. Ainsi, plus de « consultation », de « patient », de « thérapeute », de « thérapie » ou d'activités « thérapeutiques »,etc...
Il est probablement regrétable que ces termes soient ainsi « privatisés » pour une classe de professionnel dit de « santé » et que cela puisse pénaliser « des professionnels de l'accompagnement aidant » ou de la « la relation aidante » et du « développement personnel » qui n'ont d'autres buts que d'exercer leur métier en apportant un mieux-être à leurs « consultants » dans un cadre déonthologique défini et une éthique professionnelle effective.
En effet, l'acte de « consulter » se nomme en français une « consultation », un « patient » est éthymologiquement « une personne qui souffre, qui endure » et un thérapeute, « celui qui prend soin ». A vous de vous faire votre opinion sur l'usage de ces termes dans une pratique éthique.